Mireille Cifali, Florence Giust-Desprairies, Thomas Périlleux (dir.), Accueil des affects et des émotions en formation et recherche. Approches cliniques, L’Harmattan, 2019, Coll. Clinique et changement social

L’enseignement, l’apprentissage, l’accompagnement sont encore majoritairement une rencontre en présence des corps, avec des émotions de plaisir, d’enthousiasme, d’amour, d’admiration ou d’angoisse, de terreur, de peur, de dégoût, etc. À rebours de l’imaginaire d’une maîtrise de l’humain et de ses passions, les auteurs s’accordent sur l’importance de reconnaître la puissance des émotions et des sentiments, au coeur de la relation aux autres, hors de tout formatage pré-établi. Ils reviennent sur le clivage opéré entre affectif et cognitif, sentiment et pensée pour préserver le nécessaire “travail dans l’intériorité” que leur nouage exige.

Mireille Cifali est professeur honoraire de l’Université de Genève, Florence Giust-Desprairies est professeur émérite à l’Université Paris 7 Denis-Diderot et Thomas Périlleux, professeur à l’Université catholique de Louvain. Ont également participé à cet ouvrage : Sophie Grossmann, Sophie Hamisultane, Dominique Lagase-Vandercammen, Kim Leroy, Christophe Niewiadomski, Antoine Masson, Long Pham Quang, Jacques Rhéaume, Christophe Roiné.

Flyer

Voir page “Ouvrages

Mireille Cifali, Préserver un lien. Ethique des métiers de la relation, PUF, 2019.

Dans les métiers de la relation, l’impératif est aujourd’hui à la distanciation. Avec des outils, des procédures et des savoirs appliqués, la relation à un autre pourrait se maîtriser. Il n’y est plus question d’être touché, affecté, alors que le soin, l’éducation, l’enseignement, la formation, l’accompagnement social exigent une proximité ajustée, des paroles adressées, loin des slogans et des seules bonnes intentions.

Une relation professionnelle se travaille, elle oscille, sonne juste, dissone. Mireille Cifali invite à penser la qualité d’une présence qui soutient et affronte, en conservant la couleur des sentiments et la tonalité des mots prononcés. Dans une éthique professionnelle, elle réserve le possible d’une rencontre qui transforme, elle engage à comprendre les attitudes qui font souffrir. Si la transformation des métiers de la relation est inéluctable, demeurent des dimensions auxquelles tenir : celle relationnelle des gestes, celle affective des paroles et des regards, et celle encore intérieure des pensées. Préserver est un mot qui cherche à prendre soin d’une transmission d’humanité.

Flyer

Publication récente 

Voir aussi page “Articles 2011-2017”

Michel de Certeau, une politique du quotidien, in Encyclopédie d’analyse des activités, Sous la direction de Jean-Marie Barbier et Marc Durand, Paris, PUF, 2017, p. 709-718.

Ecriture complice récente

Voir aussi page “Productions complices”

Vincent de Gaulejac, Florence Giust-Desprairies, Anna Massa, La recherche clinique en sciences sociales, Paris, Erès, 2013.

Le projet de concilier la posture clinique et la recherche sociologique est facteur de tensions et de créativité. La clinique conduit à s’approcher au plus près du vécu, des affects, des émotions et de la subjectivité. La recherche conduit à la distanciation, la neutralité, la rationalisation et l’objectivité. Dans cet entre-deux, le chercheur clinicien construit des passerelles pour relier le registre de la vie concrète et le registre de l’abstraction conceptuelle.

Lire la suite »

Mireille Cifali "Une carrière consacrée aux métiers de l'humain". Site propulsé par WordPress avec le Theme Adventure par Eric Schwarz
adapté par Gérard Jean-Montcler
Abonnez-vous aux Nouvelles et Articles (RSS) et aux Commentaires (RSS) - Recevez, par mail, les nouvelles du site.

Mireille Cifali

Une carrière universitaire consacrée aux métiers de l'humain